GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Commémoration du 23 juin: le M23 et le M2D se disputent la paternité Fanny Ardant

10 ans après, le 23 juin 2011 est parti pour deux commémorations sur fond politique. D’autres diront même que l’on assiste à une récupération politique qui s’alimente de gauche à droite. En pourtant en 2011, la marche contre le projet controversé de réforme constitutionnelle du président Abdoulaye Wade, qui devait assurer son élection et le passage du pouvoir à son fils (Karim Wade) après son départ avait était considérée comme un acquis démocratique.

Cette manifestation qui avait fini par mettre le Sénégal dans le chaos. Les partis d’opposition et la société civile regroupés au sein du «Mouvement du 23 juin» (M23) se sont mobilisés pour barrer la route au Président Wade. Ce jour là, l’Assemblée nationale, composée à 88% de membres du parti présidentiel, examinait le projet de loi du président Abdoulaye Wade prévoyant d’abaisser de 50% à 25% la majorité requise pour être élu au premier tour du scrutin, et la création d’un poste de vice-président.

Pendant que les parlementaires débattaient, les opposants à la réforme sont descendus dans les rues de la capitale pour manifester leur désaccord. La manifestation a tourné à l’émeute et la ville de Dakar a été le théâtre d’affrontements violents entre manifestants et forces de l’ordre et de défense.

Devant la colère exprimée dans la rue, le président Abdoulaye Wade, en poste depuis 2000, s’est retrouvé dans l’obligation de renoncer définitivement à l’intégralité de la réforme constitutionnelle, pour éviter de plonger le pays dans une grave instabilité politique.

Mais, dix (10) ans après, pour commémorer ces événements, les mouvements de la société civile M23 – M2D, l’opposition se disputent la paternité.

Les hostilités ont été d’abord lancées par Me El hadji Diouf, celui qui se réclame haut et fort “l’homme du 23 Juin.
“. En conférence de presse, il a déclaré que la date du 23 juin n’appartient pas au leader de Pastef, Ousmane Sonko, encore moins au M2D (Mouvement pour la défense de la démocratie) qui ont appelé à une forte mobilisation mercredi 23 juin 2021 au terrain de Grand Yoff.

« La date du 23 juin n’appartient pas au M2D, ni à Ousmane Sonko. C’est de l’usurpation et de la provocation. Ils font de la confusion. Le M23 n’est pas le M2D. Si le M2D veut manifester, il n’a qu’à choisir sa date », a déclaré l’avocat ajoutant que « le M2D, dans l’histoire, est synonyme d’agression, de tuerie…», a soutenu la robe noire.

Député d’alors, Me El Hadji Diouf, les différents acteurs du 23 juin plus particulièrement le Cos M23 de Abdourahmane Sow et le mouvement de Ousmane Ndiaye, a appelé à un grand rassemblement mercredi 23 juin 2021, à la Place de la Nation.

Pendant ce temps, le M2D (Mouvement pour la défense de la démocratie), le parti de Ousmane Sonko et Barthélémy Dias, ont eux aussi appelé à un rassemblement au terrain de Grand Yoff, en face du stade Léopold Sédar Senghor.

%d blogueurs aiment cette page :