GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Coin d’Histoire – Général Jean-Alfred Diallo: Militaire dans l’âme, il a été d’un grand secours au Président Senghor lors de la crise de 1962 Par Mohamed Bachir DIOP

Né à Tivaouane le 16 septembre 1911, Jean Alfred Diallo s’incorpore dans l’armée à l’âge de 18 ans après ses études au lycée Faidherbe de Saint-Louis. C’est donc très jeune qu’il a choisi le métier des armes lorsqu’il intègre le 5ème Régiment du Génie à Versailles. Mais la guerre éclate quelques années plus tard et, au gré de ses affectations il passe d’une Compagnie de Sapeurs de Chemin de fer au 3ème Régiment du Génie. Le 1er Septembre 1945, durant la campagne de Tunisie, il est nommé Sous-lieutenant.

Remarqué par ses supérieurs pour ses qualités de dirigeant lors des campagnes d’Allemagne, il est nommé Lieutenant la même année. Et, pendant une période d’occupation de deux ans en Allemagne, il y commande une Compagnie.

Il obtient ses galons de Capitaine en 1951 et dirige en Indochine d’importants chantiers de construction à la base de Tourane avant de se voir confier en 1961, au Sénégal, le commandement de la région militaire du Cap-Vert, du 1er bataillon à Dakar et le Génie de l’armée sénégalaise. Chef de Bataillon le 1er avril 1961 au titre de l’armée française, Jean Alfred Diallo est promu ensuite lieutenant-colonel par le gouvernement du Sénégal avant de passer officiellement à l’armée sénégalaise le 1er octobre 1961.

Le tournant de sa carrière survient le 17 décembre 1962 lorsqu’en pleine crise avec le Président du Conseil de gouvernement, Mamadou, Senghor le nomme Chef d’Etat-Major général et Commandant en chef des armées. A titre exceptionnel, il est promu colonel le 1er décembre 1963 puis Général de brigade le 1er janvier 1965. Il deviendra Général de division le 19 octobre 1965, titre qu’il gardera jusqu’à son départ de la tête de l’armée sénégalaise en 1972.

Jean Alfred Diallo a joué un rôle important lors de la crise de 1962 puisqu’il a été appelé aux côtés du président Senghor afin de contenir la rébellion qui couvait entre la Gendarmerie et la Garde Républicaine. C’était une manière de venir au secours de Senghor contre Mamadou Dia qui, pour sa part était soutenu par la Garde Républicaine. Car, dès qu’il a été nommé Chef d’Etat-major à la place du général Amadou Fall, il a assumé cette fonction cumulativement avec celle de Haut Commandant de la Gendarmerie ce qui lui donnait la haute main sur toute l’armée.

Il venait de remplacer le Général Amadou Fall réputé Diaïste.

Nombre de Sénégalais pensent d’ailleurs que le général Amadou Fall a été le premier CEMGA de l’armée sénégalaise mais il s’agit d’une méprise. Car le premier CEMGA était le Colonel Soumaré qui, lors de l’éclatement de la Fédération du Mali, est rentré à Bamako dans le même train que Modibo Keita où il a été également le premier Chef d’Etat-major.

Jean Alfred Diallo était un militaire réputé rigoureux et qui était réputé avoir le souci permanent de mettre les troupes dans de bonnes conditions afin de maintenir la discipline et le moral.

A sa retraite, il a été nommé Ambassadeur du Sénégal en Allemagne fédérale avant la réunification de la Grande Allemagne et il décèdera le 22 mai à Versailles, en France à l’âge de 94 ans.

Il a été titulaire de plusieurs décorations parmi lesquelles on cite celles de Grand officier de l’Ordre national sénégalais, d’Officier de la Légion d’honneur de la France, de Grand officier de l’ordre national marocain, de Grand officier du Rio del Branco, de la Croix de guerre 1939 1945 et du Commandeur de l’ordre national dahoméen.

L’Ecole militaire de santé de Dakar porte son nom.

%d blogueurs aiment cette page :