GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Chaud juin sous frais juillet

Chaud juin sous frais juillet

Cliffhanger ?

La décision du président de la République de ne pas s’appliquer en 2024 a étonné, soulagé et est appréciée dans le monde entier. Des félicitations ont été adressées de toutes parts pour témoigner de la grandeur et de la diplomatie du président Macky Sall.
Des hommes d’État, le Sénégal en a connu.

Par Chérifa Sadany Ibou Daba SOW,

Cheffe du Desk Culture

À la différence de Tom Kirkman dans ” Designated survivor “, le président de la République Macky Sall a choisi de préserver l’image du Sénégal malgré nombreuses sollicitations de ses partisans l’invitant à déclarer sa candidature en 2024. Un choix contraint ? Oui, partiellement : les événements de mars et juin semblent impacter sur sa décision de ne pas briguer un troisième mandat mais quelle que soit la raison, la sage décision prise par Macky Sall redore l’image du Sénégal que d’autres s’évertuent à ternir. « J’ai un code d’honneur et un sens de la responsabilité historique qui commande de préserver ma dignité et la parole », a exprimé Macky Sall. Ce discours, une très grande leçon de patriotisme qui s’inscrit dans les annales de la démocratie sénégalaise et qui doit inspirer l’Afrique et ses prochains guerriers..

En juillet, on met la faux au sillon !

Macky Sall est un génie politique. C’est du truisme ! Nous le savons, mais nous devons nous en souvenir. C’est un stratège qui s’est engagé à réduire l’opposition à son strict minimum. Est-il encore en train de remplir sa promesse en créant un clivage au sein de la coalition Yewwi Askan Wi ?

Il faut rappeler que quand le Conseil constitutionnel a validé la candidature de Wade en 2012 malgré les protestations de l’opposition, Macky Sall s’est éclipsé du combat en allant subtilement battre campagne dans les régions. Une stratégie rusée et même intelligente qui lui a mérité le titre de chef de l’Etat. Aujourd’hui, le président Macky Sall semble être le renouvellement de l’intrigue. Comme un scénariste, il développe un stratagème en créant son histoire « Polémique autour de ma candidature en 2024 », tout en sachant qu’il ne sera pas candidat : « Ma décision longuement et mûrement réfléchie est de ne pas être candidat à la prochaine élection du 25 février 2024 ». Il choisit bien son timing, ses personnages (alliés comme protagonistes). L’opposition semble donc mordre à l’hameçon par des polémiques depuis novembre 2022 sur « Nul ne peut… » limitant ainsi ses objectifs politiques. L’évidence : 7 mois avant l’élection présidentielle, beaucoup de Sénégalais ignorent le programme des dits candidats. Certains de ces derniers sont sceptiques quant à leur légitimité.
Ce qui demeure évident, c’est qu’après la déclaration de Macky Sall, le 3 juillet, les cartes seront à nouveau tirées au sort au sein de l’opposition. Le divorce s’impose avec ses conséquences. Quelles sont les conséquences ? Qui sera avantagé par ce détachement ? Quel candidat en 2024 satisfera les Sénégalais ? Comment séduira-t-il les Sénégalais ? 7 mois suffisent-ils pour séduire ?

Cependant, toujours à la tête du pouvoir, Macky Sall malgré sa déclaration de ne pas être candidat, a affirmé qu’il assumera avec responsabilité et fermeté toutes les charges qui incombent sa fonction. Une affirmation perçue comme une menace par certains adversaires. La grande question est de savoir si l’opposition a réellement éliminé Macky Sall ?

S’agit-il de la fin du commencement ou du début de la fin ?