GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Anta Babacar Ngom : C’est dingue et clair

Anta Babacar Ngom, candidate à la Présidentielle 2024

La relève pour faire        renaître l’espoir

Anta Babacar Ngom réveille chez une partie de l’électorat l’idée qu’il faut des hommes politiques qui n’ont pour cible que de faire émerger le Sénégal, des candidats qui n’ont rien avoir avec la politique politicienne qui existe actuellement.

Par Khadidiatou GUEYE Fall,

Cheffe du Desk Société

Depuis l’apparition de son nom sur la liste des prétendants de la chaise présidentielle, les interrogations tournent autour de son profil. Anta Babacar Ngom est la candidate qui en a surpris plus d’un : inconnue par les partisans du politique au Sénégal, elle a fait une entrée fulgurante et surprenante. On l’aurait dénommée l’imprévue. Personne n’attendait la candidature de Anta Babacar Ngom. Certains Sénégalais venaient juste de la connaître, d’autres ne la reconnaissaient qu’avec sa casquette de leader de l’entreprise Sédima. Après que le conseil constitutionnel a validé sa candidature, elle attire la curiosité de tous, son parcours commence à intéresser les Sénégalais.

Née en 1984 à Pikine, elle a embrassé le monde de l’entreprise des l’année 2009 en intégrant l’entreprise de son père. En effet, Anta Babacar Ngom est la fille du célèbre entrepreneur et aviculteur, Babacar Ngom propriétaire et président fondateur du groupe Sédima. D’ailleurs c’est grâce à son progéniteur que beaucoup de citoyens ont cherché à savoir davantage qui est réellement Anta Babacar Ngom.
La présidente du mouvement “Alternative pour la Relève citoyenne” (Arc) est une jeune diplômée en économie de l’université York de Toronto, en développement numérique de Paris Dauphine et titulaire d’un MBA en communication de Sciences Politiques.

A son arrivée à la tête de Sédima, elle a participé à la réduction du chômage en employant beaucoup de jeunes au sein de l’entreprise familiale.
Anta est une novice sur la scène politique ; elle est sans expérience. C’est peut-être un côté qui rassure une partie de l’électorat qui reste convaincue qu’il faut des hommes politiques qui n’ont pour cible que de faire émerger le Sénégal, des candidats qui n’ont rien avoir avec du politique politicien qui existe actuellement.
Pour Birane Mbaye, un jeune de 37 ans soucieux de l’avenir du pays, Anta a le droit de poser sa candidature si elle pense être capable de relever le défi. « Ce n’est pas parce qu’on ne la connaissait pas avant qu’elle ne peut pas être à la tête de ce pays. Il ne s’agit pas d’une affaire de notoriété ou des dizaines dans le paysage politique pour être éligible. C’est de quelqu’un capable d’améliorer les conditions de vie des Sénégalais, un visionnaire dont nous avons besoin », argumente Birane pour valider la candidature de Anta Babacar Ngom.
Du même avis, Sophiétou, une féministe qui se cache derrière son revers de femme indépendante, dit soutenir à fond Anta Babacar. « Elle a eu le courage de défier des hommes qui ont perdu leur jeunesse dans la vie politicienne, elle a eu l’audace de se confronter avec les gourmands à la tête de l’Etat, malgré son âge et son manque d’expérience. J’attends juste d’elle un programme convainquant et réalisables, mais surtout de l’abnégation car certains politiciens et même des citoyens sénégalais vont essayer de lui mettre les bâtons dans les roues » a soutenu la jeune femme.
A vrai dire, depuis qu’elle a déclaré sa candidature, des pluies de critiques sont notées à son endroit. On lui reproche d’être déconnectée à la réalité du vécu des Sénégalais. Mais la néo-politicienne compte faire renaître l’espoir avec la relève.

Khadidiatou Gueye Fall