GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Allemagne : Tout David, tout Goliath

La nouvelle Allemagne et le contexte international

Un nain politique et diplomatique

et un géant économique

L’Allemagne est en train de s’émanciper de plus en plus des contraintes issues de la seconde guerre mondiale et qui faisaient paradoxalement d’elle en même temps un nain politique et diplomatique et un géant économique.

Pour la première fois depuis les années cinquante, une divergence publique est apparue entre la France et l’Allemagne : malgré les clauses diplomatiques, il est clair que la récente rencontre fin octobre entre le président français et le chancelier allemand a été un échec lequel pourrait être l’amorce d’une divergence politique avec des effets néfastes sur la dynamique de la construction européenne.

Il s’y ajoute l’initiative solitaire du chancelier Schultz qui est allé rencontrer le président chinois vis-à-vis duquel les Occidentaux développent une stratégie d’affaiblissement et d’isolement.
On se souvient que, même si c’était sur le ton de la galéjade, les propos des dirigeants français au moment de la réunification allemande traduisaient une certaine inquiétude.
Par ailleurs, il faut noter la décision allemande de relancer son industrie de l’armement tout en augmentant les effectifs de ses forces armées. La règle sacrosainte de non-déploiement des forces armées à l’extérieur sans l’accord préalable du Parlement inscrite dans sa constitution a été progressivement modifiée.
Le Japon est sur la même voie.
Ces pays ont le savoir et les ressources technologiques leur permettant de fabriquer très rapidement des armes nucléaires et les vecteurs qui vont avec.
À l’issue de la dernière guerre mondiale, l’Allemagne a vu son territoire amputé et une partie significative de sa population déportée.
Peut-être que tous ces événements ne sont pas oubliés et couvent comme des braises sous la cendre.
De surcroît, les extrêmes qui, après leurs compromissions avec les idéologies fascistes, s’étaient réfugiées dans l’ombre reviennent en force au grand jour et sont au seuil du pouvoir voire y ont accédé déjà dans nombre de pays européens. Le populisme, si dangereux à cause de sa capacité à évoluer vers le fascisme, émerge un peu partout en même temps que le racisme et la xénophobie.

Voilà où une maladroite diplomatie et une cécité stratégique ont conduit le monde dont un des signes marquants est la guerre en Ukraine.
La volonté d’affaiblir la Russie et la Chine peut conduire le monde vers une situation bien dangereuse qui nous ferait regretter la période de la coexistence pacifique, laquelle n’est aujourd’hui qu’un lointain souvenir.
Il faut revenir à la raison et savoir que la paix est le patrimoine commun de l’humanité le plus précieux et que les dirigeants de tous les pays ont l’obligation morale et l’impérieux devoir de la préserver.
La coopération économique est préférable à la recherche de la suprématie militaire.
Les urgences pour l’humanité sont d’ordre climatique, sanitaire et sécuritaire notamment.
Prenons-en conscience et agissez en conséquence ; s’il vous plait messieurs les dirigeants de la Planète !

Ababacar Sadikhe DIAGNE

Ancien élève des classes préparatoires aux grandes écoles,
Ingénieur diplômé de l’Ecole nationale de l’Aviation civile (ENAC) Toulouse France et
du Massachusetts Institute of Technology (MIT) Cambridge USA