GMT Pile à l'heure

La Ligne du Devoir

Alfred Diban Ki-Zerbo, Sancto Subito !

Burkina Faso

 

Reprise du dossier

de béatification

d’Alfred Diban Ki-Zerbo

 

Sa Sainteté le Pape Paul VI lui a permis de s’asseoir sur le fauteuil pontifical : premier chrétien de la Haute-Volta, ce père de Joseph Ki-Zerbo s’est libéré de l’esclavage soutenu par « une fille pleine de lumière «  qu’il identifie à la Vierge Marie. Son décès a aussi coïncidé avec la messe célébrée par le Pape Jean Paul II sur la place de la Nation à Ouagadougou.
Tant de signes prémonitoires valent bien un procès en béatification.

L’Eglise du Burkina Faso va poursuivre ses efforts pour la béatification de Simon-Alfred Diban Ki-Zerbo, plus connu sous le nom de Dii Alfred Diban, premier catéchiste du pays, décédé en mai 1980, à plus de 100 ans.

Né vers 1878, Dii Alfred Diban était un jeune berger capturé adolescent et vendu comme esclave au Mali. Il avait été sauvé dans sa fugue par des piroguiers, qui l’ont conduit dans un campement où vivaient libres des hommes et des femmes sous la tutelle des Pères Blancs (Missionnaires d’Afrique).

Baptisé en 1901, à l’âge de 23 ans, Simon-Alfred Diban conduisit les missionnaires dans son village natal où il assura la charge de catéchiste laïc pendant 60 ans. Il est mort en 1980, à l’âge présumé de 102 ans.

Son décès, le 10 mai, a coïncidé avec la messe célébrée par le pape Jean Paul II sur la Place de la Nation de Ouagadougou. Ki-Zerbo venait de recevoir l’onction des malades des mains du cardinal Bernardin Gantin, .

A l’occasion du 42e anniversaire de son décès, le diocèse de Dédougou, au nord-ouest, a organisé une conférence publique à la cathédrale Sainte-Anne. L’évènement avait pour but de faire le point sur l’évolution du dossier de sa béatification, au point mort depuis plusieurs années.

En 2009, un Comité de relance de la cause de Dii Alfred, présidé par l’abbé Alfred Ki-Zerbo, composé de trois sous-commissions (animation, financière et intercession) avait été mis en place. Déclaré serviteur de Dieu au niveau diocésain, puis vénérable au niveau romain, le catéchiste attend toujours sa béatification.

Pour l’abbé Stanislas Balo, chancelier du diocèse, la cause de Dii Alfred est un procès qui coûte «trop cher». Plusieurs étapes doivent être franchies. « Pour que quelqu’un parvienne à la béatification, il faut que ceux qui sont en vie se mettent en tenue de combat pour réussir à lui ouvrir la voie vers la sainteté », a-t-il notamment souligné.

Afin de faire avancer le dossier, le religieux a proposé aux catholiques du Burkina Faso l’ouverture d’un compte «messe Alfred Diban» dans chaque paroisse, pour tout le mois de mai, l’organisation de messes d’intentions.

Alfred Ki-Zerbo, « premier chrétien de Haute-Volta »

Ancien esclave, catéchiste, Alfred Ki-Zerbo a beaucoup contribué à l’évangélisation de la Haute-Volta, actuel Burkina Faso. Mort à 105 ans en 1980, il est le « premier chrétien de Haute-Volta ».
Alfred Diban Ki-Zerbo, n’est pas seulement le père de Joseph Ki-Zerbo, célèbre historien et homme politique burkinabè. Il est connu comme étant le « premier chrétien » du « pays des hommes intègres ». L’histoire retiendra également de lui une image forte : le pape Paul VI lui a permis de s’asseoir sur le trône pontifical en guise de reconnaissance pour sa fructueuse mission de catéchiste.

C’est en 1875 que voit le jour, dans le sud du pays de Samo (actuel Burkina Faso), Diban Ki-Zerbo. À 17 ans alors qu’il va travailler, avec son frère, dans le champ d’un de ses oncles, les deux adolescents sont capturés par des négriers. Vendus séparément, ils ne se revoient jamais.

Mais le jeune Diban Ki-Zerbo ne se résigne pas à son sort d’esclave. Il tente de s’échapper.

Après deux vaines tentatives, la troisième fut couronnée de succès. C’était en 1 899. Il raconte avoir été soutenu dans cette évasion par « une jeune fille pleine de lumière » qu’il identifie à Vierge Marie. Depuis lors, il eut une très forte dévotion mariale, son chapelet ne le quittant jamais.

Pèlerinage à Rome pour ses 100 ans

Recueilli par le père Augustin Hacquard, missionnaire d’Afrique, curé de la paroisse de Ségou (actuel Mali), il est baptisé en 1901 et prend le nom d’Alfref Simon. Plus tard, il devient catéchiste et évangélise l’actuel Burkina Faso.

En 1975, le cardinal Zoungrana, premier archevêque autochtone de Ouagadougou et premier cardinal, emmène Ki-Zerbo – qui fête ses 100 ans – en pèlerinage à Rome. Reçu en audience par le pape Paul VI, celui-ci, par respect pour le grand âge autant que pour l’action d’évangélisation du vieil homme – et au-delà du cérémonial – lui cède sa place sur le trône pontifical.

En 1980, à 105 ans, le vieux catéchiste est hospitalisé. Jean-Paul II, alors en voyage pastoral en Afrique, lui envoie sa bénédiction. De son lit d’hôpital, le premier chrétien burkinabè écoute, à la radio, la messe célébrée à Ouagadougou le 10 mai 1980 par le pape. D’après plusieurs sources, il a rendu l’âme au moment où le saint-Père donnait la bénédiction finale.

_______________

Sources :

Cath.ch, 20 mai 2022
Lucie Sarr, La Croix, 23 mars 2022